Décembre 2016 a clôturé une année noire pour les fabricants d’aliments, avec une chute de 4 % des volumes par rapport au même mois, un an plus tôt. Ce sont les tonnages destinés à la production porcine qui subissent la baisse la plus marquée : 7,4 %, en particulier ceux destinés aux porcs charcutiers (–8,3 %). « La baisse des aliments pour bovins reste contenue, –3,6 %, détaillent le Snia et Coop de France nutrition animale dans leur note conjointe du 23 février 2017. Les aliments pour volailles sont proportionnellement les moins touchés (–3,4 %). »

325 000 t de moins pour les vaches laitières

Sur l’année, les fabrications chutent de 4,3 %. Ce sont les aliments destinés aux bovins qui essuient la plus forte baisse, –8,7 %, et en particulier ceux pour vaches laitières dont le tonnage s’effondre de 325 000 t (–11,1 %). Le recul des volumes est moindre pour les porcs (–4,0 %) et les volailles (–3,9 %). « Les aliments pour lapins restent en baisse de 5,0 % tandis que les mash (+4,7 %), ovins (+3,1 %) et caprins (+2,8 %) restent les principales catégories en hausse. »

Sur les six premiers mois de la campagne de 2016-2017, la tendance reste baissière : –3,6 %, « chiffre en atténuation par rapport à janvier juin 2016 (–5 %). Les aliments pour bovins et porcs restent les catégories les plus touchées, en recul respectivement de 6,5 % et de 5,2 %. La baisse en volailles se réduit de moitié (–2,7 % contre –5,2 %) du fait d’une baisse moins forte en palmipèdes gras (–11,1 %). Les aliments mash progressent, quant à eux, de 4,2 %. »