Le vendredi 17 septembre 2021, une centaine de militants d’associations animalistes (notamment Extinction Rebellion) et environnementales ont déversé des algues vertes au pied du bâtiment de la Maison des agriculteurs à Plérin (Côtes-d’Armor). Ils dénonçaient la pollution du littoral par les algues vertes, le dérèglement climatique, le modèle agricole…

> À lire aussi : Des mesures renforcées sont préconisées contre les algues vertes (02/04/2021)

« Vous vous trompez de combat »

Les échanges ont été très tendus entre représentants des agriculteurs et les manifestants. « Vous vous trompez de combat », leur a rétorqué Didier Lucas, président de la chambre d’agriculture.

« Ce que vous faites là, c’est indécent. Ne rendez pas responsables (de cette pollution) les gars (des agriculteurs, NDLR) qui sont là », s’est exclamé Didier Lucas, président de la chambre d’agriculture, à l’adresse des militants environnementaux qui revendiquent la non-violence comme mode d’action.

« On a besoin de paysans. À vous de dire au ministère de l’Agriculture et à Bruxelles que cette agriculture, ça ne va pas, qu’il faut changer » de modèle agricole, lui a rétorqué une militante. « Vous mettez à chaque fois les agriculteurs en cause. C’est à l’État qu’il faut aller dire » que cette situation doit cesser, a relancé Didier Lucas.

> À lire aussi : L’État condamné par la justice sur les algues vertes (07/06/2021)

Une « agression » pour la FDSEA et JA

La FDSEA et les JA ont également dénoncé avec fermeté cette opération de stigmatisation de la profession agricole. Cette action a été ressentie comme une véritable agression. C’est la première fois que ce type d’associations s’en prend ainsi aux agriculteurs. À l’issue de l’échange, les militants d’Extinction Rebellion ont fait une minute de silence « pour les morts des algues vertes et pour les agriculteurs qui se sont suicidés ».

La Bretagne a connu cette année une « prolifération très importante » d’algues vertes et les trois quarts des échouages de ces algues se sont concentrés sur deux baies des Côtes-d’Armor, selon le centre d’étude et de valorisation des algues (Ceva) chargé de la surveillance de ce phénomène.

Les militants d’Extinction Rebellion ont rappelé que, selon la Cour des comptes, les flux d’azote (nitrates) qui alimentent la prolifération des algues vertes dans les baies sont « à plus de 90 % d’origine agricole ».

> À lire aussi : Des moyens insuffisants contre les algues vertes (21/07/2021)

Isabelle Lejas, avec l’AFP