Une agression sur des équidés a encore été signalée le 24 août 2020. Deux individus ont pénétré dans le pré des chevaux du refuge pour animaux de Villefranche Saint-Phal dans l’Yonne. Le président de l’établissement, Nicolas Demajean, les a surpris, avant d’être lui-même agressé. Les malfaiteurs ont pris la fuite, mais Nicolas Demajean a pu fournir des indications à la gendarmerie pour dresser le portrait robot de l’un des individus.

Portrait-robot de l’un des agresseurs présumés des chevaux du refuge pour animaux de Villefranche Saint-Phal dans l’Yonne.

Depuis 2018, plus d’une dizaine de cas d’équidés mutilés sont recensés en France. Le cas d’un veau a aussi été rapporté dans la Sarthe. La gendarmerie a ouvert des enquêtes, mais elle déclarait le 20 août 2020, qu’« aucune hypothèse n’était privilégiée quant aux mobiles ou à l’identité des auteurs. » Les services de l’État ont listé des recommandations à l’intention des propriétaires « afin de faire avancer les investigations et de mettre un terme à ce phénomène ».

Éviter de laisser le licol aux chevaux au pré

Les services de l’État demandent en premier lieu d’effectuer une surveillance quotidienne des chevaux au pré et d’éviter de leur laisser un licol. Pour ceux qui en ont la possibilité, la gendarmerie émet l’éventualité de poser une petite caméra.

Tous les comportements suspects à proximité de l’enclos, comme le stationnement de véhicules ou la présence inhabituelle d’individus, doivent être signalés aux gendarmes en appelant le 17.

Si vos chevaux sont victimes d’actes de cruauté, « appelez le 17 également, ne procédez à aucune modification des lieux et portez plainte le plus rapidement possible », conseillent les gendarmes.

Marie-France Malterre