« Les producteurs européens de volaille sont protégés contre les quantités excessives de poitrines de poulet importées sans droits de douane », se félicite le Parlement européen, dans un communiqué publié ce mardi 26 novembre 2019.

Entré en vigueur en 2016, l’accord de libre-échange entre l’Union européenne (UE) et l’Ukraine a profité à « un opérateur ukrainien, qui a exploité une faille du texte pour commercialiser davantage de poitrine de poulet sans droits de douane, poursuit le Parlement européen. En dépit des quotas d’importation mis en place, des poitrines de poulet avec un morceau de l’aile pouvaient être importées dans l’UE sans restriction, en toute légalité. »

Une ligne tarifaire unique

Le nouveau texte traitera des poitrines de poulet avec os et désossées « sur une même ligne tarifaire, et augmentera les quantités que l’Ukraine sera autorisée à exporter en Europe sans droits de douane. Une fois que les exportateurs ukrainiens auront dépassé ce quota, ils devront s’acquitter de taxes sur les volumes supplémentaires envoyés vers l’Union européenne. »

Enikő Győri, eurodéputée hongroise et rapporteuse du texte, appelle les exportateurs ukrainiens à « respecter les dispositions de l’accord commercial dans son intégralité, notamment en ce qui concerne le respect des règles sanitaires et phytosanitaires », et enjoint l’UE à « travailler sur l’exclusion de failles ».

De 2016 à 2018, les importations européennes de poitrines de volailles non désossées en provenance de l’Ukraine ont atteint 55 000 tonnes, et vendues « significativement moins cher que les produits européens analogues ».

Voir aussi : Analyse de François Cadudal, économiste à l’Itavi — « Vers un rééquilibrage des échanges de volailles avec l’Ukraine » (20/11/2019)

V. Guyot