Pour permettre, d’une part, aux acheteurs d’assurer la reproduction de leur troupeau et, d’autre part, de valoriser le travail des éleveurs naisseurs, certaines coopératives et stations de sélection génétique se tournent vers la vente à distance comme alternative au rassemblement physique des acheteurs autour d’un ring.

« Un peu de casse » à prévoir

« C’est un parti pris. Il y aura bien sûr un peu de casse mais ce sera aussi un bon moyen d’évaluer la réactivité des éleveurs sur les réseaux », explique Jean-Pierre Gajan, le directeur du groupe gascon, qui a décidé avec son équipe de dévoiler en ligne la vente annuelle des taureaux gascons en évaluation de la série 2019-2020.

C’est également le choix de la coopérative Celmar, basée dans la Creuse, en race limousine. « On mise sur une relation de confiance avec notre réseau d’adhérents et de clients », indique Nicolas Bourdier, commercial à la coopérative. Les deux structures expliquent comment elles se sont adaptées dans l’urgence.

« La difficulté d’acheter sans voir »

Chez Celmar, la vente de taureaux reproducteurs limousins, prévue au départ le 19 mars 2020, a été reportée au mercredi 25 mars. Les 35 animaux prévus au catalogue ne pouvant défiler sur le ring le jour J, les éleveurs naisseurs ont bénéficié d’un délai d’une semaine pour présenter leurs animaux en vidéo. « Ce lundi 23 mars, nous avions déjà reçu 33 extraits vidéo. Face à ce changement d’organisation inédit, 100 % des éleveurs ont répondu présents », souligne Nicolas Bourdier.

Du côté des acheteurs, « 40 à 50 éleveurs nous ont déjà sollicités pour une prise de renseignements. Acheter sans voir, ce sera une première pour eux. Ce sera également difficile de savoir quelle offre miser, sans concurrence en face pour faire une surenchère. Nous serons sûrement confrontés à des prix inférieurs à l’ordinaire », estime Nicolas Bourdier. Verdict au moment du dépouillement des offres.

« Pour davantage de souplesse, les clients peuvent se positionner sur plusieurs veaux, par ordre de priorité. Celui qui aura proposé le meilleur prix obtiendra l’animal. S’il y a trop d’invendus, nous relancerons probablement une vente ; le premier à se positionner se verra attribuer le veau », complète Nicolas Bourdier.

Youtube comme moyen de visionnage

Pour le groupe gascon, la vente physique était prévue le 19 mars 2020 à la station Pepirag, de Villeneuve-du-Paréage, dans l’Ariège. Pour l’acquisition d’un ou plusieurs animaux reproducteurs, les acheteurs devront regrouper leurs offres de prix sur un bulletin unique, en précisant leur ordre de priorité. Ils ont jusqu’au 1er avril pour se décider.

Ainsi, les équipes du groupe gascon se sont mobilisées pour réaliser des vidéos des 48 taureaux et 9 génisses en lots de la station et les mettre en ligne sur Youtube. « Les 5 546 vues [au lundi 23 mars] réparties sur les 53 vidéos diffusées témoignent de l’intérêt des acheteurs », se félicite Jean-Pierre Gajan, le directeur du groupe gascon..

« Sur 45 taureaux proposés, en moyenne, en vente annuelle, nous dénombrons généralement 6 à 7 invendus. Nous nous attendons, cette fois-ci, à plus de dégâts. Nous espérons néanmoins que les acquéreurs qui se sont positionnés viendront bien récupérer leurs animaux comme cela a été prévu à la station », rapporte Jean-Pierre Gajan.

Lucie Pouchard
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

La modestie de l’offre stabilise les prix

Les apports modestes conduisent à une stabilisation des cours en vaches allaitantes et en réformes laitières.