Éclaboussé par de nouvelles vidéos à charge publiées par les anti-viande de l’association L214, l’abattoir d’Houdan dans les Yvelines a reçu le soutien d’éleveurs venus se rassembler devant ses portes jeudi 23 février 2017, à l’appel de la FDSEA. La plupart venaient des Yvelines, de l’Eure, de l’Eure-et-Loir, de la Seine-et-Marne, de l’Orne et de la Seine-Maritime. Ils étaient 150 selon les gendarmes, 220 selon les manifestants.

Les vidéos tournées dans l’abattoir mettent en évidence des cas de « maltraitance » de porcs par un employé. Le montage de L214 dénonce aussi une capacité d’accueil de la porcherie « sous-dimensionnée » où « les cochons sont entassés sans avoir tous la possibilité de se coucher ».

« Les images diffusées ne sont pas excusables, l’employé a été licencié depuis et le nécessaire doit être fait pour améliorer cette partie de l’abattoir, a reconnu François Lecoq, responsable de la FDSEA à Houdan. Nous sommes à 200 % contre la maltraitance animale. Mais il faut absolument que l’on conserve cet abattoir car on veut garder une filière courte de production. Si on importe ou si on abat de la viande [à l’étranger], celle-ci ne respectera évidemment pas la réglementation française. »

Fin 2016, deux militants de L214 avaient été interpellés dans cet abattoir des Yvelines alors qu’ils venaient recharger les caméras filmant l’endormissement au CO2 des porcs avant abattage. Ils sont convoqués devant le tribunal correctionnel de Versailles le 12 juin.

AFP