« On a maintenu les engagements du groupe Bigard, à savoir 650 embauches d’ici à la fin de l’année », a expliqué Benjamin Castel, le directeur général adjoint du groupe basé à Quimperlé (Finistère). Le numéro un français de la viande prévoit d’embaucher à compter de septembre 150 alternants, ainsi que 500 autres personnes, également en CDI, contrat à durée indéterminée, d’ici à la fin de l’année, « essentiellement sur des emplois d’opérateurs de production », a précisé Benjamin Castel.

« Peu de turnover »

« Nous avons peu de turnover dans le groupe, mais on a entre 200 et 300 départs à la retraite tous les ans et comme nous sommes sur des emplois à fort savoir-faire. Former un désosseur, c’est entre deux et trois ans, on ne veut pas avoir une année blanche avec des répercussions sur 2022 ou 2023 », a-t-il expliqué. Ces embauches interviendront sur l’ensemble des 55 établissements, dont 28 abattoirs, que compte le groupe en France.

Le groupe Bigard versera à 11 000 de ses 14 000 salariés « une prime d’engagement » alors qu’ils ont continué à travailler « quand la France était complètement à l’arrêt » pendant le confinement mis en place à cause de l’épidémie de Covid-19, a ajouté le dirigeant, assurant que « toutes les mesures barrières » avaient été mises en place. La prime s’élève à un peu plus de 300 euros en moyenne par salarié. « Nous avons également pris des engagements de non recours à l’activité partielle en 2020 », a ajouté Benjamin Castel.

AFP