« Je salue L214 d’avoir fait cette vidéo, je regrette que nous ne puissions pas assez le faire en interne » a affirmé, le ministre de l’agriculture, Didier Guillaume, ce vendredi 26 juin 2020 sur Franceinfo. Cette déclaration fait suite à la diffusion par l’association abolitionniste d’une vidéo tournée dans l’abattoir ovin de Rodez le mercredi 24 juin. « L’enquête vétérinaire que j’ai diligentée montre qu’il y avait vraiment des situations inacceptables », rapporte le ministre de l’Agriculture.

> À lire aussi : Avec une nouvelle vidéo, la filière Roquefort dans le viseur de L214 (24/06/20)

« Nous allons mettre le paquet »

Didier Guillaume a souligné que « les non-conformités ont été confirmées par les services, et la suspension de l’agrément [de l’abattoir de Rodez] sera maintenue tant que l’opérateur n’aura pas corrigé les dysfonctionnements et les non-conformités ». Il appelle par ailleurs les préfets et les directions départementales de la protection des populations à « une veille plus vigilante. » « C’est assez compliqué de surveiller tout cela, nous allons mettre le paquet là-dessus », a insisté le ministre de l’Agriculture.

Sans tarder, L214 a saisi l’opportunité cet hommage ministériel pour pointer du doigt la cellule Déméter, créée au sein de la gendarmerie nationale, qui vise notamment à protéger les agriculteurs des intrusions dans leurs exploitations. « Devant les caméras, le ministre salue L214 et reconnaît l’utilité de son travail tandis qu’en coulisses le gouvernement cherche à faire taire les défenseurs des animaux », déclare Brigitte Gothière, cofondatrice de L214, dans un communiqué publié ce vendredi 26 juin 2020.

Estimant que « le gouvernement doit désormais s’affranchir de l’influence des lobbys de l’élevage intensif », l’association demande de démantèlement de la cellule Déméter.

À lire aussi : À la suite de la vidéo de L214, l’abattoir de Rodez dans la tourmente (25/06/20)

V. Gu.