« Au gouvernement, nous demandons son soutien et de faire preuve d'autorité », a écrit, vendredi, le secrétaire général de la FNSEA, Dominique Barrau, dans une « lettre ouverte aux producteurs de viande ».

« Est-ce normal que l'Observatoire des prix et des marges n'ait toujours pas rendu ses conclusions sur la filière de la viande bovine ? », interroge-t-il

« A l'Europe, nous demandons de stopper ces distorsions qui deviennent chaque jour plus insupportables et de pouvoir combattre à armes égales avec nos voisins européens », poursuit le responsable syndical.

« Des solutions existent, il ne manque que la volonté politique », estime Dominique Barrau.

« En quelques mois, la crise sans précédent qui a touché l'élevage s'est accentuée avec la montée des cours des céréales et ses conséquences sur l'alimentation animale » alors que les prix de vente sont trop bas pour les bovins comme pour les porcs, constate-t-il

« En dépit de la crise qui secoue notre profession, l'espoir reste permis. Car de plus en plus de consommateurs aspirent à retrouver un lien de proximité entre le produit qu'ils consomment et l'origine du produit. Mais aussi parce qu'une volonté de renforcer l'organisation des filières dans le prolongement de la LMA (loi de modernisation de l'agriculture) doit nous permettre de restaurer de la stabilité, un peu plus de sécurité et de la confiance », poursuit le secrétaire général de la FNSEA.

A télécharger :

Lire également :