La Confédération paysanne demande jeudi dans un communiqué « un moratoire immédiat sur les contrôles de conditionnalité pendant la durée des négociations de la réforme de la Pac ». Cette demande fait suite à la manifestation que le syndicat a organisée mardi dernier à Albi (Tarn) contre l'identification électronique des petits ruminants.

L'organisation syndicale assure ne pas remettre « en cause le principe de contrôle des paysans, légitime pour l'attribution d'argent public, mais le bien-fondé des critères utilisés comme conditions d'obtention ». La Confédération paysanne revendique « l'arrêt des “contrôles sanctions” pour revenir à une approche plus constructive et pédagogique des contrôles ».

Le syndicat exige aussi « la remise à plat des grilles de contrôle, en privilégiant les possibilités de remise en conformité par l'éleveur » et « la suppression pour les éleveurs ovins des ratios de productivité ». Enfin, la Confédération paysanne demande « la suppression de la contractualisation actuelle qui n'apporte aucune garantie, ni protection aux éleveurs ».

L'organisation rapporte qu'une centaine d'éleveurs ont fait le déplacement à Albi. « Ils ont visité l'usine Chevillot, principal fabricant de boucles et de marques d'identification animale. Ils sont ensuite allés symboliquement porter ces boucles à la préfecture. La Confédération paysanne rappelle qu'elle s'oppose à l'obligation d'identification électronique des petits ruminants. »