Bruno Le Maire a annoncé mardi, lors de l'inauguration du Space à Rennes (Ille-et-Vilaine), le déblocage de 30 millions d'euros supplémentaires, pour les éleveurs en difficulté, dans le cadre du DACS-Agri (1). Il a aussi promis le versement d'avances sur les ICHN « dès demain » (mercredi 15 septembre 2010), et « le 16 octobre 2010 pour les autres aides », dont la PMTVA.

Le ministre a également annoncé le financement de plans de développement des filières bovine, porcine et laitière.

Pour financer ces trois plans, Bruno Le Maire promet que l'Etat mobilisera 300 millions d'euros sur trois ans, à raison de 100 millions d'euros par filière. Sur ces 100 millions annuels, 60 millions sont des crédits nouveaux. Les 40 autres millions proviendront de la nouvelle taxe sur le changement de destination des terres agricoles transformées en terrain à bâtir, précise-t-on dans l'entourage du ministre.

Pour la filière bovine, le ministre demande aux abatteurs et aux distributeurs, dans le cadre de l'interprofession, d'ouvrir des discussions afin de mieux rémunérer le travail des producteurs. Il souhaite aussi que 100.000 broutards supplémentaires soient engraissés en France sur le million exporté chaque année.

Bruno Le Maire souhaite aussi une refonte de la grille de cotations des gros bovins qui, selon lui, valorise aujourd'hui des animaux trop lourds par rapport aux demandes exprimées par les consommateurs. Il remet aussi en avant la contractualisation comme outil de sécurisation du revenu des producteurs.

Pour le secteur porcin, le ministre propose de poursuivre les travaux initiés par la filière sur la viande de porc avec VPF (viande de porc française) en les étendant à tous les produits. Il assure qu'il veillera au respect du nouveau délai d'un an pour l'instruction des dossiers relatifs aux installations classées. Et qu'il se battra pour que le décret prévu dans la LMA pour favoriser le regroupement des installations se fasse dans le respect des règles et des seuils européens.

Sur la mise aux normes du logement des truies par rapport à la réglementation sur le bien-être, Bruno Le Maire estime qu'il ne sera pas possible d'obtenir un report de la date butoir d'application du 1er janvier 2013. En revanche, il doublera l'aide financière de l'Etat par truie gestante pour la porter à 200 € et le seuil par élevage progressera lui aussi de 15.000 à 50.000 €. Un effort supplémentaire en direction des jeunes agriculteurs et des zones de montagne est aussi annoncé.

Pour la filière laitière, Bruno Le Maire remet en avant la contractualisation, assurant qu'il laisse l'interprofession négocier. Mais dans le cas où un accord interprofessionnel ne serait pas possible, le ministre affirme que l'Etat prendra ses responsabilités pour que le dispositif soit prêt en fin d'année, et les contrats mis en oeuvre pour la prochaine campagne laitière.

Le ministre propose aussi de réfléchir à une organisation plus efficace de la gestion des volumes, partant du principe que « la gestion actuelle par département ne règle pas les difficultés des producteurs. Je propose donc que nous examinions tous ensemble le passage à une gouvernance par grand bassin car je tiens à le dire : je suis attaché au maintien de la production sur tout le territoire. »

_____

(1) Dispositif d'accompagnement spécifique des agriculteurs.

Lire également :

E.R.