A quelques jours du début du scrutin, le climat se gâte entre les différents syndicats qui se présentent aux élections aux chambres d'agriculture. Le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) est prié de part et d'autres de faire respecter le code électoral.

La semaine dernière, la Confédération paysanne avait vivement critiqué le temps de parole accordé à la seule FNSEA par le CSA, dénonçant la « discrimination »  faite aux syndicats minoritaires. La FNSEA avait alors indiqué le report de la diffusion des trois émissions dites « expression directe » après la clôture des élections professionnelles, le 31 janvier 2013.

Avec un spot publicitaire diffusé sur France 3, la Coordination rurale (CR) a fait une entrée remarquée. Dans un communiqué du 18 janvier 2013, la FNSEA s'indigne de ces diffusions « au mépris total du code électoral, qui s'applique aux élections aux chambres d'agriculture et qui interdit strictement toute propagande électorale par voie de presse ou par tout moyen de communication audiovisuelle ». Sur ce sujet, le syndicat majoritaire dénonce l'immobilisme de la Confédération paysanne « si prompte à contester le temps de parole attribué à la FNSEA ».

Par voie de communiqué, le syndicat majoritaire demande au CSA et à France Télévisions d'appliquer « immédiatement » la réglementation en vigueur et « se réserve la possibilité d'engager toutes poursuites devant les juridictions compétentes ». Le président de la FNSEA a d'ailleurs envoyé une lettre au président de France Télévisions (cliquez ici pour télécharger ce courrier).

Dans un communiqué, la Coordination rurale affirme « ne jamais avoir appelé, à travers son spot publicitaire, les téléspectateurs à voter en faveur de ses candidats départementaux se présentant dans le cadre des élections aux chambres d'agriculture ». La CR indique que « France Télévisions a validé tout le processus antérieur à la diffusion du spot et au CSA » et qu'il s'agit uniquement d'un spot visant à la promotion de son site institutionnel.

P.B.