Le ministre des Transports Frédéric Cuvillier a jugé « souhaitable » vendredi que le dispositif de l'écotaxe, suspendu sine die par le gouvernement, entre en vigueur en 2014 tout en précisant attendre les conclusions en avril d'un rapport parlementaire sur la question.

« C'est la mission qui est assignée à la commission parlementaire de pouvoir mettre en place un dispositif permettant l'application de l'écotaxe », a rappelé Frédéric Cuvillier sur BFMTV.

« Dès que les parlementaires auront rendu en avril leur rapport d'information, compte tenu des conclusions, avec le Premier ministre nous en ajusterons le dispositif », a-t-il indiqué, jugeant « souhaitable » une mise en oeuvre avant la fin de l'année 2014.

« Aujourd'hui le dispositif n'est pas compris », a souligné Frédéric Cuvillier au sujet de cette taxe visant les poids-lourds, à l'origine en Bretagne de la fronde des Bonnets rouges.

« Si nous souhaitons financer les infrastructures et avoir des réseaux de transport qui sont efficaces, il faut l'écotaxe », a-t-il assuré.

L'Etat n'a toujours pas réceptionné le système, incluant portiques, bornes et système informatique, retardant pour au moins trois mois le versement du loyer mensuel de 20 millions d'euros à la société Ecomouv' en charge de la collecte.

Alors qu'un neuvième portique écotaxe situé dans l'Ouest a dû être démonté le 26 janvier, après avoir été endommagé, le ministre a évalué le coût des dégâts par portique retiré « entre 900.000 euros et 1 million d'euros ».