La FNSEA estime que le rapport parlementaire sur le devenir de l'écotaxe « n'apporte aucune solution » aux problématiques du secteur agricole, dans un communiqué publié jeudi.

« Force est de constater que la spécificité du secteur agricole et agroalimentaire n'a pas été prise en compte. Comment une franchise mensuelle de 400 kilomètres par camion pourrait-elle répondre à la problématique du transport territorial ? La FNSEA ne cesse de marteler depuis plus d'un an que les produits français vont subir une taxation multiple bien supérieure aux produits importés. Le rapport n'apporte aucune solution au poulet made in France qui sera toujours plus taxé que le poulet brésilien », regrette la FNSEA.

« Redevance ou taxe : l'effet est le même sur une économie qui fait pourtant vivre les territoires » sachant qu'en plus « la franchise s'applique au transporteur et non au donneur d'ordre qui se verra toujours facturé sur une base forfaitaire sans tenir compte de la réalité des trajets », explique la FNSEA, qui réclame à nouveau « une véritable remise à plat du dispositif ».

Pour Philippe Mangin, président de Coop de France, les pistes d'aménagement du rapport parlementaire « ne rendent pas le dispositif plus acceptable ».

« Ni le changement de nom, ni aucune proposition comme la mise en place d'une étape à blanc, le principe du bas de facture pour le transport en compte propre, la franchise mensuelle de 400 km, etc. ne répondent de façon satisfaisante aux attentes de la coopération agricole et agroalimentaire », indique Coop de France dans un communiqué.

Mercredi, la mission d'information parlementaire a remis son rapport sur l'écotaxe. Elle y plaide pour une redevance payée par les poids-lourds, avec l'instauration d'une franchise kilométrique, allant de 281 à 844 kilomètres par mois, selon le type de camion et son niveau de pollution.

Les agriculteurs avec les coopératives agricoles ont été parmi les premiers à se mobiliser contre l'écotaxe, mouvement de protestation qui s'est prolongé avec la fronde des Bonnets rouges en Bretagne à l'automne dernier.