Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a expliqué dans l'Hémicycle qu'il faudrait effectivement revoir la directive européenne sur les nitrates si l'agriculture française se convertissait massivement à l'agroécologie.

Samedi, le Premier ministre Manuel Valls avait annoncé aux agriculteurs qu'il comptait engager des démarches auprès des États membres et mener des études scientifiques afin d'oeuvrer pour une renégociation de la directive nitrates, qui date de 1991.

« Dans le projet d'agroécologie, plus on développera la matière organique des sols, plus on développera les micro-organismes des sols, plus on aura besoin d'azote pour les sols », a expliqué le ministre. Donc le sol absorbera mieux l'azote et moins de nitrates ruisselleront dans les eaux de surface ou jusqu'aux nappes.

Donc, « ce qui a été décidé il y a trente ans dans la directive nitrates avec l'azote et sa limitation, si on va dans le projet de l'agroécologie, nécessitera, ça a été dit par le Premier ministre, d'être renégocié à l'échelle européenne », a justifié Stéphane Le Foll, également porte-parole du gouvernement.

Il répondait à une question de la députée écologiste du Val-de-Marne Laurence Abeille, initialement destinée à la ministre de l'Écologie Ségolène Royal lors de la traditionnelle séance de questions au gouvernement.

Dimanche, Europe Ecologie-Les Verts s'était justement offusqué des déclarations de Manuel Valls, estimant qu'il cédait au « lobby agricole ».

Les agriculteurs applaudissent l'initiative, se disant dans l'impasse sur ce sujet alors même qu'ils estiment avoir fait des « efforts considérables ».