Un décret publié mardi au Journal officiel prévoit de prendre comme référence l'ensemble de la SAU pour le calcul des plafonds d'épandage d'azote, au lieu de ne tenir compte que des surfaces potentiellement épandables.

Ce décret suscite la colère de certaines associations environnementales, dont Eaux et Rivières de Bretagne, qui estime que cela « va permettre d'augmenter de 20 % les quantités d'azote épandues sur les sols ».

L'association regrette également que ce décret paraisse au moment où « la Commission européenne exige de la France, dans une lettre du 17 juillet 2011, des explications sur sa politique de prévention des marées vertes ».

A télécharger :

B.L.