Le texte qui inaugure la campagne de financement participatif de Patrick Joice commence sur une note sombre : « On m’a annoncé mon cancer terminal en mars 2018 ». Mais si cet éleveur de volailles du comté de Norfolk s’est traîné chez le médecin, c’est, de son propre aveu, parce que sa femme, Zanna, a longuement insisté.

« Puis, en novembre, j’ai été diagnostiqué avec une grave dépression », poursuit Patrick. C’est l’un de ses amis qui sollicite pour lui Yana, une fondation qui permettra à Patrick de comprendre qu’il est loin d’être le seul dépressif dans le monde rural. Et parce que tant d’autres sont, comme lui, dans la souffrance, Patrick décide d’agir.

« Vous n’êtes pas seul »

Yana est l’acronyme de « You are not alone », c’est-à-dire « Vous n’êtes pas seul », dans la langue de Shakespeare. « En comprenant à quel point le problème est grave dans le monde agricole, et combien d’entre nous se forcent à porter un masque chaque jour, j’ai voulu alerter l’opinion et soutenir la fondation », explique Patrick.

L’éleveur a donc organisé une campagne de financement participatif au titre accrocheur : « le tournoi de cricket du fermier nu ». Les objectifs de cet événement sont non seulement de présenter la fondation, ses actions, et l’enjeu de la santé psychologique dans le monde agricole, mais également, comme l’explique Patrick, « de s’amuser ».

La parole comme acte de courage

La cause est évidemment noble, mais pourquoi montrer ses fesses ? Patrick a révélé son histoire pour la première fois sur une page Facebook australienne, appelée « L’Agriculteur nu », une page collaborative qui montre les ruraux du monde entier dans le plus simple appareil afin de libérer la parole. Comme l’explique Patrick : « Il faut plus de courage pour se dénuder que pour parler de ce que l’on ressent. »

Une fois que l’on a tout montré, évoquer ses difficultés deviendrait donc, si l’on en croit l’éleveur, un jeu d’enfant.

Ivan Logvenoff