La FRSEA Bretagne appelle, dans un communiqué du 15 septembre 2014, les agriculteurs à ne pas remplir leur déclaration annuelle de flux d'azote tant que le gouvernement n'aura pas rempli ses engagements.

Le syndicat rappelle que l'Etat s'était engagé à « une simplification de la mise à jour des plans d'épandage » et « des conditions de mises en oeuvre du dispositif de surveillance de l'azote qui ne menacent pas les agriculteurs de quotas d'azote à l'exploitation », en contrepartie de la mise en place de la déclaration de flux d'azote.

Ces préalables n'ayant pas été respectés, la FRSEA indique qu'il « n'est pas acceptable que les agriculteurs déclarent sans savoir quelles seront les conséquences demain et sans bénéficier de la simplification administrative tant mise en avant. On leur demande de signer un chèque en blanc ! ».

Elle demande donc aux gouvernements « des réponses claires et des échéances courtes pour la mise en oeuvre des préalables. » et incite les agriculteurs et organismes de services à ne pas envoyer leurs déclarations de flux tant que ces réponses n'auront pas été données.