« ComparateurAgricole a été créé pour apporter aux agriculteurs qui stockent sur la ferme une vraie réponse de vente la plus optimisée possible de leurs blé, orge, colza ou maïs », indique Pierre-Antoine Foreau, cofondateur de la plateforme. L’outil se veut « pragmatique » et « réactif » face à la volatilité des cours.

> À lire aussi : Céréales : chercher le meilleur prix en ligne (10/01/2017)

350 000 tonnes de céréales collectées en 2020

Cinq ans après son lancement, le négoce en ligne, basé dans la Région Centre, a convaincu près de 10 000 agriculteurs qui vendent leur récolte et/ou s’approvisionnent (engrais et, plus récemment, semences et phytos), pour un chiffre d’affaires total de 100 millions d’euros. Un « cap passé », se félicite l’équipe. « Nous n’avons pas l’objectif de devenir l’Amazon des céréales », nuance Vincent Guilhem de Pothuau, le deuxième cofondateur. En 2020, 350 000 tonnes de céréales ont ainsi été collectées, et 1 million de tonnes depuis sa création.

ComparateurAgricole offre de nombreux services : réunion de fin de campagne, analyse de marché, groupement d’achat d’engrais, carte collaborative « Moisson-Live ». Il dispose également d’une « ferme pilote », qui retranscrit les visions de marché, et sert de référence aux agriculteurs sur l’avancement de leurs ventes.

L’entreprise propose par ailleurs une prime de 25 à 35 €/t pour du colza GES, qui valorise les bonnes pratiques agricoles permettant de diminuer les gaz à effets de serre.

Sécuriser les paiements

« ComparateurAgricole paye les agriculteurs à 15 jours fin de livraison. C’est plus rapide en moyenne que l’ensemble du marché », indique Pierre-Antoine Foreau.

L’entreprise a également travaillé les aspects de logistique. « Une tonne de blé sur deux produite en France est exportée. Les ports principaux sont des débouchés importants pour nous. Nous sommes montés jusqu’à 60 camions livrés par jour sur Rouen, et nous avons négocié une capacité portuaire avec nos partenaires, ce qui nous apporte une souplesse logistique plus importante. Cela permet des enlèvements rapides, et mieux adaptés », souligne Vincent Guilhem de Pothuau.

Le site fait désormais de l’avance de trésorerie. « Un agriculteur qui vend des céréales peut être payé tout de suite. Nous proposons également de payer les appros jusqu’à un an après la livraison, sur toute la gamme », rapportent les fondateurs.

Justine Papin