L’agriculture semble bel et bien servir de monnaie d’échange pour l’ouverture du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay) aux produits industriels et aux services européens. Or, au vu des flux des produits agricoles entre les deux blocs (voir l’infographie ci-dessus), l’UE n’a guère d’intérêts à ouvrir davantage ses frontières.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
9%

Vous avez parcouru 9% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !