902 ressortissants marocains doivent atterrir en Corse à partir du vendredi 9 octobre 2020, à bord de cinq vols financés « par les agriculteurs corses, qui avaient peur de perdre leurs récoltes et pour lesquels il s’agit d’un impératif », a expliqué à l’AFP Didier Leschi, directeur de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), qui a mis en place ce protocole négocié avec le Centre interministériel de crise (CIC), rattaché au Premier ministre, la préfecture de la Haute-Corse ainsi que les autorités marocaines.

« Un protocole exceptionnel »

La pandémie de Covid-19 et la fermeture des frontières extérieures de l’Union européennes avaient mis un frein à l’arrivée des travailleurs saisonniers, notamment ceux en provenance du Maghreb qui représentent une part essentielle des saisonniers étrangers en France. « Tous ces travailleurs marocains seront testés au Covid-19 au départ et à l’arrivée, puis sept jours après leur arrivée », souligne Didier Leschi.

Pour faire venir ces travailleurs, l’OFII a dû « négocier un protocole exceptionnel avec les autorités marocaines pour que les personnes puissent circuler au sein du Maroc pour pouvoir prendre les vols », après avoir été reçus par les bureaux de l’Office à Casablanca, ajoute Didier Leschi.

Les vols retour des 902 personnes concernées ont également été financés par les agriculteurs locaux, qui produisent entre 20 000 et 30 000 tonnes de clémentines chaque année. Les travailleurs saisonniers bénéficieront de contrats de « trois ou quatre mois », a précisé Didier Leschi.

AFP