Les céréales sont désormais toutes épiées, indiquent les dernières données de l’observatoire Céré’Obs de FranceAgriMer, publiées le 18 juin 2021. Au 14 juin, les conditions de cultures restaient stables sur une semaine, et les céréales présentaient toujours du retard : 8 jours comparativement à la moyenne des cinq dernières années pour le blé tendre, 4 jours pour l’orge de printemps. Si le blé dur était en phase avec sa moyenne quinquennale, il présentait 5 jours de retard sur la campagne de 2020.

Les coccinelles, demoiselles du ménage, sont en pleine action.

Comme un air de moisson

Alors que la campagne se teinte de doré :

Les moissonneuses ont commencé à battre les parcelles d’orge d’hiver les plus précoces.

Les orages ont versé des parcelles de céréales

Dans les zones superficielles, les orges de printemps manquent d’eau, rapporte un agriculteur.

La pluie se fait attendre, mais « pas trop fort s’il vous plaît ».

La danse de la pluie a fonctionné, mais les orages ont versé quelques parcelles de céréales.

Mieux vaut effectivement le prendre avec humour.

81 % du maïs grain au stade des 6-8 feuilles visibles

Les orages n’ont pas non plus épargné cette parcelle de maïs.

Selon Céré’Obs, le 14 juin, 81 % des parcelles de maïs grain étaient au stade des 6-8 feuilles visibles, avec un retard de 5 jours sur la moyenne des cinq dernières années.

On arrive ici aux 10 feuilles, après un passage de bineuse.

Et là on en compte même 14.

Justine Papin

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en petite hausse à l’approche d’un week-end arrosé

Les prix du blé progressaient légèrement, vendredi 23 juillet 2021 dans l’après-midi, sur fond de météo fluctuante qui complique les moissons et abaisse la qualité de la production.