La récolte du maïs grain s’est poursuivie la semaine dernière : le 12 octobre 2020, 64 % des surfaces étaient moissonnées, selon l’observatoire Céré’Obs de FranceAgriMer, publié le 16 octobre 2020. Elle était presque terminée en Île-de-France, à 94 %, en Champagne-Ardenne, à 92 %, et dans les Pays de la Loire, à 87 %. Les trois quarts des surfaces étaient moissonnées en Bourgogne-Franche-Comté et dans le Centre-Val de Loire, contre un petit tiers (29 %) seulement en Bretagne.

Une récolte en avance, accélérée par canicule. « Le potentiel de rendement a été plus ou moins affecté. On constate des écarts importants au sein d’un même département, indique Catherine Cauchard, responsable de Céré’Obs. Du côté positif, le taux d’humidité est très bas, impactant le poste séchage. »

Et pendant ce temps, les moissonneuses sont au travail…

Certains agriculteurs commencent tout juste la récolte du maïs bio :

D’autres sont satisfaits des rendements en non-irrigué :

Et dans le Périgord, on récolte même le dimanche :

… tout comme les semoirs

Du côté des céréales à paille, Céré’Obs estime que 12 % des surfaces françaises de blé tendre étaient semées au 12 octobre 2020 et 17 % de l’orge d’hiver. La Lorraine était la région la plus avancée, avec 50 % du blé semé et 38 % de l’orge, suivi par Champagne-Ardenne, avec un tiers des semis de blé et d’orges réalisés.

« Du fait des difficultés de l’année dernière, les experts craignaient une augmentation des semis très précoces ; cela n’a pas été constaté en blé tendre et orge d’hiver, poursuit Catherine Cauchard. Les semis se font dans les créneaux, voire un peu à la traîne en raison des pluies persistantes. »

Dans la Loire-Atlantique, on sème en espérant une meilleure récolte que cette année :

La nuit et le sommeil ne les arrêtent pas :

Justine Papin
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé et le maïs en hausse sur le marché européen

Les prix du blé et du maïs étaient en hausse vendredi 22 octobre 2021 dans l’après-midi sur le marché européen, dans un contexte général très tendu et alors que la Banque mondiale n’attend pas d’accalmie sur les coûts de l’énergie avant le second semestre de 2022.