Les céréales d’hiver profitent des bonnes conditions de culture

La météo aura décidément été très changeante en ce mois de février. On aura tout vu : de la neige, du gel, et un redoux exceptionnel ces derniers jours.

Un temps favorable aux céréales : l’observatoire Céré’Obs de FranceAgriMer, publié le 26 février 2021, jugeait l’état des cultures au 22 février « bon, voire très bon » à 87 % pour le blé tendre, 83 % pour l’orge d’hiver et 88 % pour le blé dur, soit environ 20 points supplémentaires par rapport à l’année dernière à la même période.

Si la douceur est bénéfique aux cultures, elle l’est aussi aux adventices :

Certaines parcelles se remettent cependant difficilement des gelées, comme le colza :

Les chantiers de fertilisation se poursuivent...

Au 22 février, blé tendre comme orge d’hiver débutaient le stade de l’épi à 1 cm. 96 % des parcelles de blé ont atteint le stade du début du tallage et 99 % pour l’orge d’hiver.

Les premiers apports d’azote se terminent, mais pas de repos pour le guerrier ! C’est ensuite au tour du semis de l’orge de printemps.

… Et ceux de semis d’orges de printemps débutent

Selon Céré’Obs, 20 % des orges de printemps étaient semées au 22 février. Une moyenne qui cache des disparités régionales : quand l’Est sort tout juste ses semoirs (1 % des semis effectués en Lorraine, 6 % en Champagne-Ardenne), le Poitou-Charentes et le Centre-Val de Loire avaient bien progressé (respectivement 45 % et 46 %).

Les semis de blé dur n’étaient, quant à eux, pas encore terminés dans quelques régions, comme dans le Centre-Val de Loire (87 %) ou dans les Pays de la Loire (95 %). Le stade de lépi à 1 cm était atteint pour 14 % des parcelles.

En Lorraine, c’est de la bière que l’on sème :

Note pour plus tard : toujours en prévoir plus !

Justine Papin