De meilleures conditions de cultures en céréales

Les températures se sont réchauffées, et l’état des céréales s’est amélioré dans la semaine du 1er au 7 juin 2021, rapporte l’observatoire Céré’Obs de l’état des cultures de FranceAgriMer.

Selon le bulletin publié le 11 juin 2021, 81 % des parcelles de blé tendre sont considérées en conditions « bonnes à très bonnes » (+1 point sur une semaine), 76 % de l’orge d’hiver (stable d’une semaine à l’autre), 70 % du blé dur (+2 points) et 86 % de l’orge de printemps (+2 points).

L’état du blé tendre est resté stable ou s’est amélioré (sauf en Lorraine) dans la semaine du 1er au 7 juin 2021. © La France Agricole, d’après les données Céré’Obs de FranceAgriMer

La région Lorraine est la seule qui enregistre une baisse des conditions de cultures du blé tendre. La campagne y reste « magnifique » :

Nous vous avions signalé au 25 mai un retard dans le développement des céréales. Celui-ci se confirme cette semaine : selon Céré’Obs, au 7 juin, 96 % du blé tendre étaient à épiaison, avec 8 jours de retard sur la moyenne des cinq dernières années.

Si l’avancement de l’épiaison du blé dur (99 % épié le 7 juin) est en phase avec la moyenne des cinq dernières années, un retard de 5 jours comparativement à l’an passé est néanmoins observé. Ce qui n’empêche pas d’admirer la beauté des épis.

Ce blé de printemps accuse cependant le coup de la sécheresse.

Pucerons et cécidomyies à surveiller

La semaine dernière, Céré’Obs au 4 juin, la présence de pucerons des épis sur céréales dans plusieurs régions. La surveillance doit se poursuivre de l’épiaison et jusqu’au stade du grain pâteux.

Les pucerons sont par exemple bien présents dans la région Centre, et l’équipe du bulletin de santé du végétal (BSV) de cette région met en garde le 8 juin : « Les températures en nette hausse attendues dans les prochains jours seront favorables au développement des pucerons. Les populations déjà en place doivent être attentivement surveillées de même que les parcelles présentant des pucerons sur feuilles. »

Les auxiliaires sont au travail.

Des vols de cécidomyies orange sont également rapportés dans de nombreuses régions. « La majorité des parcelles est au stade de sensibilité, indique le BSV des Hauts-de-France. La phase du début de l’épiaison–fin de la floraison est la période durant laquelle la cécidomyie orange peut être préjudiciable à la culture du blé tendre d’hiver. Soyez vigilants cette semaine notamment avec le climat orageux et essentiellement pour les parcelles historiquement touchées (parcelles abritées ou en fond de vallée). »

Seules les variétés non tolérantes aux cécidomyies sont concernées. Encore faut-il se souvenir quand elles le sont !

À lire aussi : Cécidomyie orange, le blé en période de risque (03/06/2021)

Le ray-grass fait de la résistance

Difficile de venir à bout de l’adventice, malgré les nombreux leviers mobilisés :

L’écimeuse peut s’utiliser en dernier recours pour limiter la montée en graines des mauvaises herbes. « Outre la différence de hauteur entre la plante et l’adventice, le principal facteur d’efficacité de l’écimeuse est le caractère rigide des plantes à couper. Des mauvaises herbes trop souples auront tendance à se coucher devant la machine », relatait La France Agricole dans son article sur les écimeuses en complément du désherbage classique.

Objectif : limiter le stock de semences de la parcelle.

Le maïs également en retard

Selon les notations de FranceAgriMer, le 7 juin 2021, 57 % des parcelles de maïs grain étaient au stade des 6-8 feuilles visibles. L’avancement de ce stade présente un retard de 5 jours sur la moyenne des cinq dernières années et de 11 jours comparativement à l’an passé.

La Bretagne est la région la moins avancée, avec 24 % des maïs au stade des 6-8 feuilles visibles et l’Aquitaine est la plus avancée, à 75 %.

À la guerre comme à la guerre… Les corvidés ne vaincront pas.

Justine Papin

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé poursuit sa dynamique de hausse sur Euronext

Le prix du blé était encore en légère hausse le vendredi 24 septembre 2021 après-midi sur le marché européen, après avoir cassé un seuil technique à la hausse, sur fond de demande internationale soutenue.