Cette exploitation est, à ce jour, la seule contaminée en France par le ToBRFV. Si trois autres exploitations bretonnes étaient également suspectées, leurs analyses se sont révélées négatives.

À lire aussi : Virus de la tomate : contamination confirmée dans le Finistère (18/02/2020)

Un virus peut en cacher un autre

« Aujourd’hui, nous sommes concentrés sur la gestion de la crise du coronavirus Covid-19, sans occulter le virus de la tomate », a indiqué Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France. Une cotisation sera mise en place dans le cadre d’un fonds d’indemnisation des producteurs touchés par le ToBRFV. « Nous nous sommes mis d’accord sur une cotisation annuelle exceptionnelle à deux pour mille du chiffre d’affaires », poursuit Jacques Rouchaussé.

Cette cotisation est mise en place dans le cadre d’un fonds d’indemnisation pour les producteurs touchés par le ToBRFV et sera levée au niveau d’Interfel, l’interprofession des fruits et légumes frais. « Mais il faut encore la validation des services de l’État pour collecter les fonds. »

J. Papin