Dans un communiqué de presse datant du 22 février 2018, l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf) appelle les pouvoirs publics à réformer d’urgence les méthodes d’évaluation des risques des produits phytosanitaires pour les abeilles. « Depuis trop longtemps, les pollinisateurs et l’apiculture font les frais d’un cadre d’évaluation obsolète et inadapté », estime-t-elle.

Tests de retour à la ruche

L’Unaf a obtenu de l’Anses le dossier d’évaluation des deux spécialités à base de sulfoxaflor, le Closer et le Transform. « Une analyse attentive des dossiers révèle une évaluation lacunaire. Les caractéristiques du sulfoxaflor en font un pesticide très dangereux pour les abeilles : il est systémique, neurotoxique et, comme tel, il a la capacité d’entraîner, même à faible dose, des effets sublétaux », considère l’Union.

L’Unaf signale que l’Anses doit se montrer plus critique sur les tests mis en œuvre et l’interprétation des résultats. « Elle doit prendre en compte l’état de l’art dans le domaine de l’évaluation des effets toxiques des pesticides sur les pollinisateurs », ajoute les apiculteurs.

En conséquence, concernant les produits Closer et Transform, l’Unaf demande notamment que des tests de retour à la ruche soient mis en œuvre avant toute décision inhérente aux autorisations de ces produits.