À la demande gouvernementale, la composition de la task force glyphosate a été élargie aux filières. Le ministère parle d’une « task force public/privé ». « Il faut une contribution volontaire des professions pour que les choses avancent, d’autant plus que l’Etat n’a pas la main sur la réglementation de la substance, qui est un sujet européen », a expliqué Pierre-Etienne...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !