Le 15 décembre 2021, la Commission européenne a adopté sa communication sur les « cycles du carbone durables » (lien en anglais). Elle y développe des actions possibles pour favoriser la captation, la séquestration et le stockage du carbone atmosphérique, notamment dans les sols.

La Commission veut ainsi soutenir le « carbon farming » (1). Cette communication est un travail préparatoire au cadre réglementaire européen sur la certification carbone, dont la proposition législative devrait voir le jour d’ici à la fin de l’année 2022.

À lire aussi : Le stockage du carbone dans les sols est difficile à estimer (06/12/2021)

Le rôle « important » de la nouvelle Pac

Selon la Commission, la nouvelle politique agricole commune (Pac) jouera « un rôle important » pour encourager les pratiques du « carbon farming » : agroforesterie, couverts végétaux...

Elle appelle les différents états membres à intégrer ces enjeux dans leurs propositions de plans stratégiques nationaux (PSN). « Le financement public viendra compléter le financement privé pouvant provenir des revenus générés par la vente de crédits carbone » ou via des contrats de filières, estime ainsi la Commission.

Une seule et même méthode

La standardisation des méthodologies de quantification du carbone stocké est identifiée comme un des points essentiels pour développer le marché du carbone. Sans cela, les acheteurs pourraient « hésiter quant à la qualité des crédits », et les agriculteurs auront « du mal à estimer leurs revenus potentiels », estime la Commission. Elle a l’intention de créer un groupe d’experts pour travailler sur le sujet.

Une « belle opportunité »

Il s’agit d’une « belle opportunité pour les agriculteurs », a réagi le même jour le Copa-Cogeca (1), qui souligne toutefois la nécessité d’une « approche de marché ». Le syndicat estime que certains points restent à éclaircir (méthodologie de comptabilisation, période de paiement…), et de nombreux freins à lever (coûts de mis en place des pratiques, obstacles réglementaires…).

« Nous considérons qu’il est important de donner de la flexibilité sur le financement et de promouvoir des programmes principalement privés dans lesquels les agriculteurs sont activement impliqués », estime Christiane Lambert, présidente du Copa-Cogeca, citée dans le communiqué.

Hélène Parisot

(1) L’expression pourrait être traduite par « agriculture bas carbone ». La Commission européenne définit le « carbon farming » comme une agriculture qui a adopté des pratiques qui séquestrent du carbone dans la biomasse et les sols, et/ou qui réduisent les émissions de carbone dans l’atmosphère.

(2) Syndicat représentant les agriculteurs et les coopératives européens.