La production de gel hydroalcoolique « sera mise en œuvre dès aujourd’hui sur les cinq sites » et a déjà commencé dans l’une des usines, a annoncé Tereos, le leader mondial de l’industrie sucrière et de la production d’alcool, dans un communiqué le 18 mars 2020.

Le gel sera mis gratuitement à la disposition des agences régionales de santé et des hôpitaux des régions proches, « qui connaissent des situations très critiques ».

« Solidarité nationale »

Les usines concernées se situent dans le Nord, le Grand Est et la Région Centre : Arthenay (Loiret), Origny-Sainte-Benoite (Aisne), Lillers (Pas-de-Calais), Morains (Marne) et Nesle (Somme).

« Elles disposent du savoir-faire nécessaire à la fabrication d’alcool pharmaceutique et de capacités importantes qui font de Tereos le premier producteur d’alcool en France », poursuit le groupe qui entend apporter « sa contribution à la solidarité nationale ».

« Face à l’épreuve sans précédent que traverse notre pays, nous avons considéré de notre devoir d’apporter notre contribution et notre soutien aux personnels soignants qui luttent chaque jour pour sauver des vies. C’est un engagement partagé par tous les coopérateurs et toutes les équipes de notre groupe », a déclaré Alexis Duval, président du directoire de Tereos.

De l’alcool éthylique à la place du bioéthanol

Le 16 mars 2020, le groupe Cristal Union a, quant à lui, annoncé dans un communiqué l’arrêt de la production de bioéthanol à la distillerie d’Arcis-sur-Aube, pour réorienter sa production vers l’alcool éthylique, labellisé Biocidal et PharmEthyl, alcool à destination de l’industrie pharmaceutique et des biotechnologies.

« Cristal Union continuera à produire du bioéthanol à Cristanol, autre grande distillerie du groupe, mais en moindre proportion, a fait savoir la coopérative sucrière.

« Dans le cadre de sa responsabilité sociétale, le groupe apporte ainsi une réponse concrète et immédiate à l’explosion des demandes pour ce type d’alcool, en particulier pour les clients à la recherche de produits désinfectants, dans un marché global déjà très tendu », ajoute Cristal Union.

La filière de l’alcool mobilisée en France et dans le monde

L’industrie sucrière n’est pas la seule à mettre à disposition ses moyens de production pour produire du gel hydroalcoolique. Le groupe Pernod-Ricard a « décidé de faire don de 70 000 litres d’alcool pur » au laboratoire Cooper, « premier fournisseur de gels hydroalcooliques en pharmacie », précise le groupe dans un communiqué daté du 18 mars 2020.

« Ce don de la part de la société Ricard permettra à Cooper d’accroître encore ses livraisons d’alcool aux pharmacies qui peuvent désormais produire du gel hydroalcoolique, soit l’équivalent d’environ 1,8 million de flacons individuels de 50 ml. Le laboratoire Cooper s’engage de son côté à reverser l’équivalent du don à des associations en lien avec le secteur de la santé », poursuit Pernod-Ricard..

Dans le reste du monde, d’autres sociétés du numéro 2 mondial des vins et spiritueux ont entamé des démarches similaires : en Suède (Absolut Vodka), en Irlande (Irish Distillers), en Espagne (Pernod Ricard Spain) ou aux États-Unis (diverses distilleries), entre autres.

J. Papin et l’AFP