Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un marché plutôt stable en soja

réservé aux abonnés

Observatoire des marchés - Un marché plutôt stable en soja
Les marchés des huiles de palme et de colza étant soutenus, il y a de l’intérêt pour celui du soja. © United Soybean Board

Production et stocks mondiaux de soja sont en hausse. Ils s’accompagnent d’une forte demande pour la graine, le tourteau et l’huile, faisant de ce marché l’un des moins tendus.

« Si on le compare aux céréales, au colza ou encore à l’huile de palme, aujourd’hui le marché du soja demeure le moins tendu de tous. C’est en tout cas vrai pour la fève, qui est entre 12 et 13 dollars le boisseau à Chicago », déclare Nathan Cordier, analyste chez Agritel.

Cela s’explique par un haut niveau de production aux États-Unis, deuxième pays producteur, avec 120,4 millions de tonnes, proche du record de 2018-2019 de 120,5 millions de tonnes. On note également des stocks mondiaux de fin de campagne à 103,8 millions de tonnes, soit un peu plus élevés qu’en 2020-2021.

Du côté de l’Amérique du Sud, on s’achemine vers un nouveau record de surface au Brésil (premier producteur au monde). Dans ce pays, la sole récoltée est estimée à 40 millions d’hectares cette année, avec une production potentielle record de 144 millions de tonnes. Aussi, avec des précipitations abondantes, les conditions de cultures y sont très bonnes.

En Argentine (troisième pays producteur), il faudra être vigilant sur janvier-mars avec le risque du phénomène climatique La Niña, confirmé depuis peu. « Mais dans ce pays, pour le moment, il n’y a pas d’inquiétudes particulières », ajoute Agritel. En effet, les semis se poursuivent (40 % de la sole qui devrait atteindre 16,5 millions d’hectares). On note, toutefois, que les agriculteurs argentins stockent leurs graines du fait de la dévaluation importante de la monnaie locale.

Parallèlement, s’agissant d’une culture peu demandeuse en azote, il pourrait y avoir une hausse des surfaces de soja aux États-Unis pour la prochaine campagne, compte tenu des prix de l’engrais.

Hausse de la trituration

Les trois à quatre prochaines années, une hausse de la trituration est attendue car le biodiesel issu de l’huile de soja fait partie, notamment, des objectifs gouvernementaux américains. « Au regard des différentes unités de trituration qui sont en train de se monter, on sait qu’il y a encore un potentiel de hausse de 8 millions de tonnes. Ce qui est loin d’être négligeable compte tenu des 60 millions de tonnes triturées actuellement », appuie Nathan Cordier. Par ailleurs, cela s’accompagne aussi d’une forte demande pour l’huile ainsi que pour le tourteau (lire l’encadré ci-dessus).

Ratio entre maïs et soja

« Cependant, ce qui tient la fève, ce sont aussi les cours des céréales qui sont très élevés, indique Agritel. Effectivement, le ratio de prix entre maïs et soja reste un élément déterminant. »

Le marché est malgré tout inquiet par rapport au nouveau variant Omicron. Et dans ce contexte, l’inflation devrait réduire, avec des fonds qui pourraient ressortir des marchés, tous produits agricoles confondus. « Ce qui risque de toucher le soja à court terme », conclut l’analyste.

Céline Fricotté
Demande soutenue en tourteaux

La demande est bonne sur les tourteaux de soja car les cours des céréales sont élevés. Il existe, en outre, des problèmes de disponibilité en termes de lysine. Le tourteau de soja étant riche en cet acide aminé, cela vient accroître la demande, en particulier pour alimenter les porcs.

Après une forte remontée des cours des tourteaux de soja, ces derniers ont toutefois amorcé une baisse depuis une semaine sur les marchés américains, argentins et français.

Il y a plusieurs explications à cela : les disponibilités élevées en tourteaux et l’arrivée du nouveau variant de la Covid-19 qui interroge sur la reprise économique. « La baisse de l’euro/dollar a néanmoins renchéri le tourteau d’importation en Europe », ajoute Agritel.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !