« En 2020, les surfaces de céréales à paille (hors riz, mélanges et céréales mineures) diminueraient de 4,3 % (–5,1 % par rapport à la moyenne de 2015 à 2019) et atteindraient 7,3 millions d’hectares », informe le SSP (service de la statistique et de la prospective) du ministère de l’Agriculture dans le dernier « Agreste Infos rapides — Grandes cultures », publié le 7 avril 2020.

Blé tendre très affecté

La sole de blé tendre est la plus affectée avec un recul de 7,5 %. Elle est ainsi revue à la baisse à 4,6 millions d’hectares, notamment du fait des intempéries de l’automne 2019. Sa diminution est de 7,5 % sur un an et de –8 % par rapport à la moyenne quinquennale de 2015 à 2019. C’est son plus faible niveau depuis 2003.

En revanche, celle de blé dur progresserait très légèrement de 0,6 % pour atteindre 247 milliers d’hectares. La baisse serait toutefois de 26,6 % sur la moyenne quinquennale. « La forte hausse des surfaces de blé dur de printemps constatée en Vendée compense la baisse nationale des blés durs d’hiver », informe toutefois le ministère.

Forte progression des orges de printemps

Les surfaces d’orges seraient en hausse de 2,8 % sur un an, grâce à une nouvelle progression de la sole d’orge de printemps (+8,9 % sur un an et +38,9 % par rapport à la moyenne de 2015 à 2019). « Cette culture vient compenser en partie les difficultés d’implantation des cultures d’hiver dans des sols saturés par les précipitations », complète la note.

Baisse en colza, hausse en protéagineux

Le colza poursuivrait son recul (–2,8 % sur un an et –25,1 % par rapport à 2015-2019) et atteindrait 1 075 milliers d’hectares, son niveau le plus bas depuis 2002.

La sole de protéagineux augmenterait de 12,5 % sur un an à 272 milliers d’hectares. Les surfaces de féveroles progresseraient ainsi de 11,8 % et celles de pois protéagineux de 10,5 %.

Record en pommes de terre

On constate également une hausse des surfaces de pommes de terre de conservation et de demi-saison qui augmenteraient de 3,8 % sur un an et de 15,2 % par rapport à la moyenne 2015-2019. Elles atteindraient ainsi 159 milliers d’hectares, ce qui constituerait un record.

> À lire aussi : Pommes de terre : ajuster les surfaces dès maintenant (8/4/2020)

En revanche, les surfaces de betteraves industrielles reculeraient de 5,2 %, sur un an, restant inférieures de 4,2 % à la moyenne de 2015 à 2019. « La faiblesse des prix du sucre conduit les producteurs à se détourner de cette culture pour la deuxième année consécutive », explique le SSP.

Céline Fricotté
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en léger repli, les prix se stabilisent

Les prix du blé étaient en léger repli le vendredi 17 septembre 2021 à la mi-journée sur le marché européen, où les prix se stabilisent à un niveau élevé.
Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza reste à un niveau record sur Euronext

Les prix du colza restaient élevés ce vendredi 17 septembre 2021 en fin d’après-midi sur le marché européen, clôturant une semaine de records.