Les volontaires sont invités à comparer les dégâts de sangliers entre deux parcelles. Une dite « témoin », sans protection spécifique et une « test » dans laquelle une des neuf méthodes recommandées par Arvalis est mise en place.

De l’effarouchement à l’effacement de semis

Parmi les modalités proposées sont citées l’effarouchement par l’application de parfum ou de cheveux sur les bordures des parcelles ainsi que l’effacement des rangs pour que les lignes de semis ne soient plus discernables.

Arvalis propose aux participants d’ajouter d’« autres méthodes de [leur] choix susceptibles de présenter un intérêt et [qui] peuvent donc être mises en œuvre, seules ou combinées ». Charge à eux de décrire leur dispositif expérimental sur le groupe.

Toutes ces solutions sont présentées sur le site Landfiles. Il est également proposé à chacun de partager ses observations à cette adresse. Les agriculteurs ayant participé aux tests recevront une synthèse des résultats obtenus.

S.T.