« Nous avons posé les bases techniques d’une usine de semences en Russie, qui devrait voir le jour en 2020 et être prête pour les semis de 2021, a annoncé Christian Pèes, président d’Euralis, lors de la présentation des résultats économiques du groupe à la presse, le 16 décembre 2019, à Lescar (Pyrénées-Atlantiques). Ce pays, qui reconstruit son agriculture, depuis que son système de production a été complètement démantelé, à cause de la guerre en Ukraine, cultive 8 millions d’hectares de tournesol et deux fois plus de maïs que la France. Il est important pour nous d’y être présents. »

Un complexe de 100 ha

Euralis Semences va ainsi construire, sur un terrain de 100 ha près de Voronej, à 470 km au sud de Moscou, un complexe pour les semences. Il sera constitué d’une usine d’une capacité de production de 10 000 t, de bureaux, de champs pour la recherche variétale et d’une ferme d’expérimentation qui servira de vitrine pour les agriculteurs. Sur les 10 000 tonnes de semences qui seront produites à l’horizon de 2025, la moitié sera du tournesol (500 000 doses) et le reste se partagera entre le maïs, pour 80 % et le soja, pour 20 %.

Assurer une production sur place

« Notre objectif est aussi de sécuriser la croissance d’Euralis Semences en Russie et de se protéger des éventuels changements géopolitiques, notamment dans le cas où le gouvernement voudrait renforcer sa production locale de semences, au détriment des importations, précise Jean-Pierre Dufourcq, directeur de la “business unit development” d’Euralis Semences. Et vu la croissance du pays, notre capacité de production en France, en Espagne et en Ukraine n’est pas suffisante pour satisfaire la demande. »

Florence Jacquemoud
Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Les prix du colza en forte hausse sur Euronext

Les prix du colza étaient en forte hausse ce mardi 7 décembre 2021 après-midi, dans le sillage de l’huile de palme, dépassant les 690 euros la tonne sur le marché européen.