« Le mot d’ordre est clair : nous ne laisserons pas tomber nos agriculteurs », a déclaré Jean Castex depuis Aubignan (Vaucluse), où il venait de visiter un bassin de rétention d’eau le 12 mai 2022.

Selon Météo-France, deux tiers de la France connaissent déjà des sols « secs à très secs » en raison d’un « manque quasi continu de pluie depuis septembre. » Le Premier ministre a indiqué que le gouvernement « aviserait en fonction des demandes de la profession s’il y a nécessité » de nouvelles aides d’urgence.

Malgré des incertitudes sur les prévisions, « la tendance générale à des températures estivales [va se poursuivre] au moins jusqu’en milieu de semaine prochaine, avec les 30°C approchés dans la moitié nord, et jusqu’à 32, voire 33°C au sud », indique l’organisme de prévisions météorologiques le 12 mai.

> À lire aussi : Conjoncture, les marchés des céréales perturbés par la guerre et les incertitudes climatiques (11/05/2022)

140 millions déjà sur la table

Au début de la semaine, le ministère de l’Agriculture et celui de la Transition écologique avaient annoncé le doublement de l’enveloppe (de 20 à 40 millions d’euros) à destination des agriculteurs désireux d’investir dans du matériel permettant d’optimiser la consommation de l’eau.

Et le gouvernement avait par ailleurs annoncé à la fin d’avril que les agences de l’eau pourraient dépenser 100 millions d’euros supplémentaires pour aider les filières agricoles à s’adapter ou créer des retenues d’eau.

Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a aussi rappelé le même jour que « la priorité est d’arrêter de laver les voitures et arroser les golfs pour nourrir les Français », notamment dans la quinzaine de départements déjà soumis à des restrictions.

Déjà 30% de la récolte amputée sur blé

Jean Castex et Julien Denormandie, ainsi que la secrétaire d’Etat à la Biodiversité Bérangère Abba, ont constaté les effets de la sécheresse à Jonquières, où Sébastien Mazoyer fait pousser blé, colza, tournesol et pois chiches.

Sur le blé, « on a déjà perdu 30% de la récolte par rapport à l’année dernière. Le grain ne se remplit pas », a-t-il témoigné. Quant au tournesol, « vu la météo, les rendements ne seront pas bon », a-t-il ajouté.

> À lire aussi : Tour de plaine, la sécheresse affecte les céréales d’hiver (11/05/2022)

Avec AFP