Dès 2021, les missions de l’observatoire des ambroisies seront étendues à de nouvelles espèces animales ou végétales, ayant un impact sur la santé humaine. Des détails ont été donnés ce 15 juin 2021 lors d’un webinaire organisé pour fêter les 10 ans de cet observatoire piloté par Fredon France.

Quatre espèces dans le viseur

« Nous travaillons actuellement sur les chenilles processionnaires pour l’année 2021 », indique Valérian Gratpain, de la Direction générale de la santé. Des travaux sont également en cours pour intégrer la berce du Caucase, le datura et le papillon cendre.

« Il ne faut pas s’inquiéter d’une dilution des moyens, souligne Olivier Pechamat, directeur général de Fredon France. L’objectif est de maintenir l’observatoire des ambroisies tel qu’il est aujourd’hui. »

« Cet observatoire des espèces à impacts sur la santé humaine viendra chapeauter les différents observatoires, qui auront leur propre vie, communauté et spécialistes, car chaque espèce est spécifique », ajoute-t-il.

Une plateforme de signalement

Parmi les moments clés de ce webinaire, les intervenants ont rappelé la création en 2016 d’une plateforme de signalement à l’échelle du territoire national. Cette plateforme permet à tout public de participer à la lutte contre cette plante envahissante et fortement allergène. Selon Samuel Monnier du RNSA (1), près de 11 000 signalements ont pu être transmis aux référents territoriaux en 2020.

> À lire aussi : Deux associations veulent renforcer la lutte contre l’ambroisie (19/04/2021)

Charlotte Salmon

(1) Réseau national de surveillance aérobiologique.