La production de laitue d’hiver est estimée à 341 millions de têtes, soit 4 % de plus que lors de la dernière campagne. « Les récoltes d’hiver augmenteraient sur un an, soutenues par la hausse des récoltes de batavia et de laitue à couper mais seraient en net repli par rapport à la moyenne 2011-2015 », note Agreste dans sa note d’Infos rapides publiée le 17 octobre 2016.

Superficie en hausse pour la laitue

La période hivernale de production s’étend d’octobre à avril. Avec 4 380 ha, la superficie consacrée à cette culture augmenterait de 1 % par rapport à celle de la campagne de 2015-2016. Celle « de batavia et de laitue à couper, avec respectivement 39 et 33 % des surfaces, serait en progression de 2 % sur un an ; celle implantée en variété “autre pommée” de 1 %. » Celle de romaine resterait marginale.

Sur la campagne de 2016-2017, la Région Paca augmenterait de 4 % ses surfaces sur un an mais avec un repli de 11 % par rapport à sa moyenne de 2011 à 2015. « La Région Centre verrait ses surfaces augmenter de 4 % par rapport à 2016, avec une progression marquée pour la batavia. L’Île-de-France et la Basse-Normandie seraient impactées par les inondations du printemps, avec des surfaces en repli. »

Baisse des prix en septembre

La campagne de laitue d’été s’est achevée avec des récoltes d’août et de septembre qui ont résorbé le retard observé sur juillet. « Après une forte hausse au début de la campagne, les prix se sont repliés à partir d’août, compte tenu des surplus existants et d’une demande insuffisante pour les absorber. En septembre, les cours se sont situés en dessous de ceux de la moyenne quinquennale. »

La campagne de la chicorée d’été s’achève sur une petite progression de la récolte sur un an au bénéfice de la scarole. Fermes depuis le début de la campagne, les prix de la chicorée d’été se sont repliés en septembre sous la pression de l’offre. Ils ont reculé de 6 % sur un an au cours de ce mois tout en restant 2 % au-dessus de la moyenne quinquennale.

La frisée gagne du terrain

Selon la note d’Agreste publiée ce 18 octobre 2016, la production de chicorée d’hiver augmenterait de 2 % sur un an, dont 8 % pour la chicorée frisée. Celle de scarole se replierait de 2 %. Cette évolution s’explique par celle des surfaces consacrées à chacune de ces variétés : +4 % pour la chicorée frisée et –2 % pour la scarole.

Les surfaces consacrées à ces variétés d’hiver reculeraient de 2 % pour atteindre 1 016 ha. « Durant la période hivernale qui s’étend d’octobre à mai, les surfaces de chicorée d’hiver diminueraient de 2 % sur un an. Les surfaces de chicorée frisée, qui représentent 54 % des superficies, augmenteraient de 4 % tandis que les surfaces de scarole marqueraient un repli marqué de 7 %. »