Cela n’est pas une surprise, mais ça agace. Au début de la semaine, les agriculteurs du Lot-et-Garonne ont reçu de la préfecture, comme prévu, un contrordre officiel concernant le démarrage des travaux du lac de Caussade. « On va l’attaquer », annonce Serge Bousquet-Cassagne, président de la chambre d’agriculture du département.

Les agriculteurs déposeront donc lundi prochain un référé auprès du tribunal administratif de Bordeaux, en dénonçant la nouvelle décision préfectorale. La justice devrait statuer sous une semaine, mais les producteurs se déclarent prêts à maintenir le projet, quel que soit l’avis rendu.

« À compter de la date prévue par le premier arrêté, nous démarrerons les travaux », prévient Serge Bousquet-Cassagne. Ce premier arrêté d’autorisation, rendu en juin dernier, autorisait le lancement du chantier au début du mois de novembre. Le lac a déjà été implanté sur le site, et les pelleteuses seront donc prêtes au début du mois prochain.

« Au vu des soutiens qui nous rejoignent, comme Irrigants de France et plein d’autres, ce lac va devenir une grande cause nationale », estime le président de la chambre d’agriculture. Selon lui, Caussade pourrait mobiliser l’ensemble du monde agricole. « Les paysans doivent se réapproprier les terres, assène-t-il, on ne peut pas nous interdire de faire notre travail. »

Ivan Logvenoff