Bayer fait état d’une perte nette importante de 9,5 milliards d’euros au deuxième trimestre de 2020, contre un bénéfice de 404 millions d’euros à la même période en 2019. Cette forte baisse est notamment le résultat de « l’effet exceptionnel » causé par « l’accord majeur conclu dans le cadre des procédures contre Monsanto », indique le groupe dans un communiqué de presse diffusé le 4 août 2020.

À lire aussi sur DecodAgri : Le glyphosate est-il cancérigène ? (30/01/2020)

La facture des procès contre Monsanto

L’entreprise s’est résolue à signer en juin dernier un accord entre 8,8 et 9,6 milliards de dollars pour solder plus de 125 000 requêtes aux États-Unis contre le Roundup, herbicide à base de glyphosate commercialisé par sa filiale Monsanto, rachetée en 2018. Les plaignants américains accusaient ce pesticide d’avoir causé les maladies dont ils souffrent.

Le groupe de Leverkussen a aussi largement été touché par la pandémie de coronavirus, qui a plombé ses activités au deuxième trimestre, après avoir eu un effet positif au premier trimestre. Bayer connaît une baisse de son chiffre d’affaires ajusté de 2,5 %, à 10,7 milliards d’euros. La division pharmaceutique, avec une perte opérationnelle (Ebitda) de 7,1 %, a particulièrement été touchée.

« Les mesures de restriction des contacts introduites partout dans le monde à cause de la pandémie de coronavirus, ont conduit au […] report de nombreux traitements », commente le groupe pour expliquer ce recul.

La division agrochimique, moteur de la croissance du groupe au cours de ces derniers trimestres, fait tout de même état d’une hausse de son chiffre d’affaires corrigé des effets de change et de marché de 3,2 %.

La pandémie de Covid-19 conduit le groupe à revoir à la baisse ses objectifs de 2020 : Bayer prévoit désormais un chiffre d’affaires « entre 43 et 44 milliards », alors qu’il attendait « entre 44 et 45 milliards », en février dernier.

AFP