Julien Denormandie a annoncé le 25 avril 2021 la tenue d’un « Varenne de l’eau et du changement climatique » avant l’été. Une initiative saluée le 28 avril 2021 par la FNSEA et les Irrigants de France, qui demandent toutefois des « résultats concrets » via communiqué.

« La souveraineté de notre agriculture française implique des actes devant se traduire en lois, en priorités budgétaires et dans l’action quotidienne des administrations de l’État », estiment-ils.

Stockage et transfert d’eau

Selon eux, « la première urgence est de sécuriser juridiquement la gestion collective de l’eau, et de garder toutes les possibilités pour développer les infrastructures de stockage ou de transferts d’eau pour l’alimentation en eau potable, la préservation des milieux et une production alimentaire diversifiée dans tous les territoires ».

Pour l’heure, ils regrettent que seuls deux projets de territoire pour la gestion de l’eau (PTGE) aient vu le jour, alors que le gouvernement s’était engagé à en élaborer au moins cinquante d’ici à 2022, dans le cadre des Assises de l’eau.

Ils estiment également que ni les articles relatifs à l’eau de la loi Climat et résilience en discussion au Parlement, ni les projets de schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (Sdage) en cours de finalisation dans les bassins ne vont « dans le sens d’une gestion conciliant tous les usages ».

Hélène Parisot