Quatre ministères, l’Agriculture, la Transition écologique, le Santé et la Recherche, ont publié un communiqué commun ce 10 avril 2019, à l’issue du comité d’orientation stratégique et de suivi (COS) du plan national de réduction des produits phytosanitaires. Après la « task force » (1) pour la sortie du glyphosate, le gouvernement a annoncé la création d’une « task force » pour le suivi du plan Ecophyto 2 +.

Ce groupe de travail regroupera acteurs publics et privés et sera présidé par le préfet Pierre-Etienne Bisch, qui était depuis la fin de 2018 délégué interministériel au plan de sortie du glyphosate et de réduction des pesticides. Les préfets de Région seront mobilisés pour déployer ce plan. Les « interprofessions végétales » (céréales, légumineuses, oléagineux, vigne, légumes et fruits) devraient se réunir fin avril pour un premier comité de suivi.

Une « enquête flash » glyphosate

Le gouvernement a réaffirmé sa volonté de sortir du glyphosate « pour une majorité des usages d’ici à la fin de 2020 ». Une « enquête flash » sur le glyphosate sera lancée d’ici à cet été à l’attention des agriculteurs pour « mieux connaître les pratiques de désherbage et mesurer l’évolution des pratiques ». Le gouvernement rappelle que l’Anses et l’Inra mènent actuellement une « évaluation comparative des produits à base de glyphosate », et qu’un centre de ressource est disponible.

Les ministres ont également annoncé :

  • L’élaboration d’un guide des financements mobilisables par les agriculteurs pour la réduction des phytos dans chaque région d’ici octobre 2019. Il sera accompagné d’une cartographie nationale et régionale des sources de financement ;
  • La publication, le 1er juillet, de la base des achats et ventes de phytos à l’échelle de la commune, « dans des modalités permettant de préserver l’anonymat des acheteurs » ;
  • La création d’un « programme de recherche prioritaire » doté de 30 millions d’euros, ayant pour objectif « d’identifier les voies alternatives » aux phytos (agroécologie, biocontrôle, génétique, prophylaxie). Il est inscrit dans le troisième programme d’investissement d’avenir (PIA3) ;
  • La mise en consultation d’ici à juin 2019 d’une stratégie nationale de déploiement du biocontrôle, avec des préconisations attendues d’ici à l’été 2019 de la part de deux groupes de travail ;
  • La finalisation d’une feuille de route pour limiter l’usage du cuivre en viticulture.
H.P.

(1) Groupe de travail temporaire.