Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’Innovation et Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement, se sont vus remettre par Philippe Mauguin, PDG de l’Inra, le rapport définissant les lignes directrices du programme prioritaire de recherche intitulé « Cultiver et Protéger Autrement - Alternative aux phytosanitaires : mobiliser les leviers de l’agroécologie, du biocontrôle et de la prophylaxie pour une agriculture performante et durable ».

Une feuille de route

Ce programme, dont le principe avait été annoncé en juillet 2018, sera doté de 30 millions d’euros provenant du troisième Programme d’investissement d’avenir. Le rapport propose une feuille de route claire et ambitieuse pour que la communauté scientifique élabore avec les acteurs du monde agricole de nouvelles pratiques alternatives à l’utilisation des produits phytosanitaires.

Les connaissances scientifiques sur les plantes cultivées, sur leurs interactions avec le sol, avec leurs adventices, avec leurs agresseurs : insectes, champignons, virus… seront approfondies et mobilisées afin d’utiliser désormais les services de la biodiversité pour stimuler les mécanismes de défense naturels au niveau de la plante, de la parcelle, du paysage et pour conduire les cultures.

Pour compléter ces actions de recherche très innovantes, le rapport préconise la mise en place d’outils structurants. Il est envisagé par exemple de coupler capteurs biologiques et intelligence artificielle pour suivre en temps réel l’apparition et le développement des bioagresseurs et aider ainsi à la conduite des cultures.

Pour accompagner la transition vers des pratiques agricoles sans pesticides, des infrastructures de référence seront également développées ou créées pour caractériser au mieux l’exposition des travailleurs agricoles et de la population et contribuer à garantir l’innocuité des substances qui pourraient être amenées à se substituer aux phytosanitaires les plus préoccupants.

Appel à projet en juin 2019

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, le secrétariat général aux investissements et l’Agence nationale de la recherche vont désormais travailler avec l’Inra et les acteurs de la recherche publique et privée pour identifier, définir et séquencer l’appel à projets qui sera lancé en juin 2019.

Le pilotage scientifique du programme sera assuré par l’Inra pour le compte de l’ensemble de la communauté scientifique française et en interaction avec elle, en s’appuyant sur un comité scientifique international. Les actions du programme conforteront les initiatives nationales de recherche et recherche appliquée visant à réduire l’usage des pesticides notamment les appels à projet dédiés de l’Agence Nationale de la recherche et le plan Ecophyto 2 +, ainsi que les initiatives européennes de programmation de la recherche, notamment celles qui seront lancées dans le programme cadre Horizon-Europe.

C.F.