« Que ce soit la simulation de la réaction de certaines plantes aux changements de température, les extrapolations de données statistiques météorologiques ou encore le réchauffement artificiel de champs de culture, toutes ces études suggèrent que la hausse des températures va probablement avoir un effet négatif sur le rendement du blé, du riz et du maïs », soulignent les chercheurs. Leurs conclusions ont été publiées ce mardi dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS).

Une baisse de rendement de 3 à 7 % selon les cultures

D’après les conclusions du rapport, « chaque augmentation d’un degré Celsius de la température moyenne dans le monde réduirait d’environ 6 % le rendement du blé ». La baisse serait de 3,2 % pour le riz et atteindrait 7,4 % pour le maïs pour chaque degré Celsius supplémentaire. « Les estimations des rendements du soja, elles, ne changeraient quasiment pas ».

Même si, dans certaines régions, une hausse des températures ferait augmenter les rendements, la tendance globale serait bien à la baisse. « Ce constat souligne la nécessité de trouver des moyens pour s’adapter au réchauffement climatique, tout en prenant en compte l’enjeu alimentaire lié à l’augmentation de la population mondiale », ont souligné les chercheurs.

M.S. avec l’AFP

(1) L’ambition finale de l’accord de Paris (COP21) est que les contributions des États signataires permettent de stabiliser le réchauffement climatique « nettement en dessous » de 2 °C d’ici à 2100, en renforçant les efforts pour atteindre la cible de 1,5 °C.