« Aujourd’hui, nous avons adopté nos propositions pour un plan solide pour les protéines végétales en Europe qui, je l’espère, vont être reprises par la Commission et le Conseil », déclare Jean-Paul Denanot, député européen français. La commission de l’agriculture du Parlement a en effet adopté à une large majorité (35 pour, 1 contre, 6 abstentions), un projet de résolution non législative sur la future stratégie de l’Union européenne pour la promotion des protéagineux.

À intégrer dans la Pac post-2020

L’objectif de ce plan est d’augmenter l’autonomie protéique de l’Europe, en valorisant les cultures riches en protéines, mais aussi toutes les légumineuses à graines, les surfaces fourragères et en herbe. Aujourd’hui l’Europe est dépendante à plus de 90 % des pays tiers. « Ce constat n’est pas tenable, ni sur le plan de la sécurité alimentaire ni d’un point de vue social ou environnemental ! » souligne Jean-Paul Denanot.

Ce processus passe par une augmentation de la recherche, un plus grand recours à l’innovation et par une meilleure structuration territoriale des filières. Les eurodéputés souhaitent intégrer ce plan protéines à la Pac post-2020, à travers un ensemble de mesures, comme la rotation, le couplage, les associations de cultures et une aide aux services écosystémiques. Prochaine étape : l’examen du projet par le Parlement, probablement lors de la session plénière des 16 et 19 avril prochains.

H.P.