« Les semis des pois et des féveroles d’hiver ont été fortement perturbés sur l’ensemble du territoire par la pluviométrie à la fin de l’automne et au début de l’hiver 2019 », indique dans sa dernière note aux opérateurs du 7 février 2020, Terres Univia avec l’appui des équipes de Terres Inovia.

> À lire aussi : Intempéries, les semis et les récoltes sont encore à la peine (28/11/2019)

Ainsi, les implantations de céréales d’hiver ont été privilégiées tandis que les semis des pois et des féveroles d’hiver ont été décalés à la période de semis des variétés de printemps, « ce qui pourrait entraîner des risques pour le potentiel de ces cultures ».

> À lire aussi : Ils sèment leur blé en plein hiver (06/01/2020)

Sole d’hiver en diminution

La sole de pois et de féverole d’hiver devrait donc diminuer par rapport à l’année passée. Terres Univia rappelle que selon les chiffres issus des déclarations Pac, la sole de protéagineux en France, après une nette baisse en 2018, a amorcé une reprise en 2019, à 223 949 ha (+5 %). Les surfaces ont augmenté en pois (+4 %, à 154 177 ha) comme en féverole (+9 %, à 66 424 ha). Il est à noter que la culture de pois d’hiver s’est stabilisée à 43 121 ha.

« Du côté des légumes secs, les surfaces de lentille, après plusieurs années de forte hausse, n’ont augmenté que de 2 % en 2019, à 37 542 ha. Celles de pois chiche continuent à progresser : +14 % à 36 709 ha », ajoute encore l’interprofession.

> À lire aussi : Une récolte de pois satisfaisante en 2019 (17/12/2019)

C.F.