À l’issue d’un conseil spécialisé, FranceAgriMer a organisé, le 13 juillet 2021, une conférence de presse sur les marchés céréaliers. Pour la France, un premier bilan de la campagne de 2021-2022 a pu être estimé, sur la base notamment des prévisions du service de la statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À lire aussi : Moisson de 2021 : le rendement du blé tendre proche des 75 quintaux par hectare (12/07/2021)

« Ces chiffres restent une première ébauche, reposant sur des hypothèses de production qui seront à affiner au fur et à mesure au cours de la campagne », précise Marc Zribi, chef de l’unité des grains et du sucre de FranceAgriMer.

Préférence au blé tendre pour l’alimentation animale

Concernant le blé tendre, la production de 2021-2022 est estimée à 37,1 millions de tonnes (+27 % par rapport à 2020-2021). Les utilisations seraient en progression, notamment pour l’alimentation animale (5,4 millions de tonnes, +20 % par rapport à 2020-2021).

« Cette hausse peut paraître importante mais s’explique par une demande dynamique et une plus forte compétitivité du blé tendre par rapport au maïs », souligne Marc Zribi. Les utilisations seraient également poussées par les exportations vers l’Union européenne (+1,3 million de tonnes, à 7,3 millions de tonnes) comme vers les pays tiers (+3 millions de tonnes, à 10,5 millions de tonnes).

Pour l’orge, la production est attendue à 11,3 millions de tonnes (+8,4 millions de tonnes par rapport à 2020-2021). Du fait de la préférence donnée au blé tendre pour l’alimentation animale, les orges seraient en recul sur ce poste (1,2 million de tonnes soit –15,5 % par rapport à 2020-2021). On s’attend en revanche à une progression des utilisations internes et des exportations en malterie. Les exportations de grains vers l’Union européenne (2,5 millions de tonnes) et les pays tiers (3,3 millions de tonnes) devraient également être en progression, respectivement de 3,6 % et 3,1 %.

Un retour du blé dur à l’exportation ?

La production de blé dur est, quant à elle, estimée à 1,62 million de tonnes (+24,5 % par rapport à 2020-2021). Les principales évolutions concernent les exportations de grains, revues à la hausse de manière significative : 850 000 t (+220 000 t) pour l’Union européenne et 250 000 t (+65 000 t) pour les pays tiers.

« Sous réserve de la qualité de la récolte, cela traduit la place plus importante que pourrait retrouver le blé dur à l’exportation, favorisé par un fret français moins cher et une concurrence du Canada moins forte en raison des dégâts de récolte du dôme de chaleur », estime Marc Zribi.

À lire aussi : Blé dur français : Concurrence canadienne (09/04/2021)

Charlotte Salmon

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé se tasse sur Euronext

Les prix du blé étaient en très légère baisse ce lundi 27 septembre 2021 à la mi-journée sur le marché européen, dans un contexte de demande internationale soutenue pour les céréales.