Selon une note de conjoncture Agreste publiée le 28 novembre 2017 par le ministère de l’Agriculture, à fin octobre, les stocks de pommes sont supérieurs de 9 % à ceux de 2016. Une hausse qui s’explique notamment par l’avance de la récolte 2017 par rapport aux années précédentes. Les cours d’octobre sont supérieurs de 2 % à ceux de 2016, avec des disparités selon les variétés.

« Le début de campagne 2017-2018 est peu actif en pommes de table, en raison de la concurrence des fruits d’été, dont la consommation a été stimulée par des températures élevées, indique la note. Sur les deux premiers mois de campagne, à savoir août et septembre, la consommation des ménages a diminué de 3 % sur un an et de 8 % par rapport à 2012-2016, selon Kantar. »

Après leur repli en 2016, les volumes à l’exportation vers l’Union européenne de juillet à septembre gagnent 11 % par rapport à la même en 2016. Mais les exportations baissent vers les pays tiers, de 14 % sur un an.

Hausse des stocks en poires

Du côté des poires, fin octobre toujours, les stocks sont supérieurs de 16 % à ceux de 2016, en raison notamment de fortes disponibilités en poires d’été. En août, les cours perdent 4 % par rapport à 2016 mais se situent 10 % au-dessus de la moyenne des prix 2012-2016.

« En septembre, la baisse des volumes de fruits d’été commercialisés favorise la consommation de la poire, constate le ministère. Le marché est actif en poires d’été, tiré également par la baisse des températures. » Les cours sont relativement soutenus : 11 % de plus que la moyenne 2012-2016, en raison notamment de l’offre réduite en poires William’s. En octobre, les cours affichent 13 % de plus que la moyenne 2012-2016.

Sur les trois premiers mois de campagne, c’est-à-dire de juillet à septembre, les volumes de poires exportés gagnent 18 % sur un an, mais se situent 38 % en dessous de la moyenne 2012-2016.

« Prognosfruit prévoit une récolte européenne 2017 proche de la récolte 2016 (- 1 %) mais inférieure de 4 % à la moyenne 2012-2016 », indique le ministère.