Le 15 mai 2020, dans son bilan du commerce extérieur pour mars 2020 le CNIPT (Comité national interprofessionnel de la pomme de terre) se félicite d’une belle progression des exportations françaises de pommes de terre.

> À lire aussi : La filière de la pomme de terre transformée appelle à l’aide (07/05/2020)

En volume, les exportations progressent

En volume, les ventes à l’étranger ont « bondi de 18 % », entre mars 2019 et mars 2020, pour atteindre près de 300 000 tonnes. Les comportements des pays importateurs ont cependant été très différents. « Les ventes se sont accélérées en mars 2020 auprès de l’ensemble des partenaires historiques du sud de l’Europe », précise le CNIPT.

En glissement annuel et en volume, les exportations ont augmenté de 7 % vers l’Espagne avec 83 737 tonnes, de 39 % vers l’Italie avec 53 970 tonnes et de 30 % vers le Portugal avec 31 724 tonnes. « La demande a également été soutenue dans les pays de l’Europe de l’Est », ajoute le CNIPT. Les flux ont notamment progressé vers la Roumanie (+250 %, 12 841 tonnes), la Hongrie (+193 %, 11 805 tonnes) et la Pologne (+51 %, 6 337 tonnes).

+101 % en volume vers le Royaume-Uni

On note également que le Royaume-Uni a fortement augmenté ses importations de pommes de terre françaises, qui ont progressé de 101 % en un an. En revanche, dans le même temps, les exportations vers l’Allemagne ont chuté de 40 %.

« Dans les pays hors Union européenne, hormis en Suisse où les exportations françaises se sont développées en mars 2020 dans la continuité de février (+102 % avec 2 392 tonnes), les ventes françaises ont été assez ternes : 202 tonnes seulement exportées vers les États de la péninsule Arabique », souligne le CNIPT.

Entre août 2019 et mars 2020, les exportations en volume ont seulement progressé de 2 % (par rapport à la période d’août 2018 et mars 2019). Ce qui représente tout de même « +12 % par rapport à la moyenne des trois précédentes campagnes », précise le CNIPT.

En valeur, les exportations régressent

En valeur, le constat est, là, moins positif. L’ensemble des exportations a régressé de 25 % entre mars 2019 et 2020 (par rapport à la période d’août 2018 et mars 2019). Si, en valeur toujours et en glissement annuel, elles ont progressé de 40 % vers le Royaume-Uni et de 33 % vers les pays de la péninsule Arabique, elles ont reculé en valeur de 24 % vers l’Allemagne et de 33 % vers les pays de l’Europe de l’Est.

Les importations progressent en volume

Les importations françaises ont aussi progressé en valeur, entre août 2019 et mars 2020 (par rapport à la période d’août 2018 et mars 2019), elles augmentent ainsi de 8 %.

Les importations en provenance du Royaume-Uni sont particulièrement dynamiques puisqu’elles ont progressé de 229 %.

En revanche, en valeur les importations françaises régressent de 16 % en valeur entre août 2019 et mars 2020 (par rapport à la période d’août 2018 et mars 2019).

M.-A.B.