Le groupe agroalimentaire canadien McCain a annoncé, par la voix de Maxence Turbant, directeur des approvisionnements pour la France et la Belgique, joint par la France agricole, que 50 % des surfaces de pommes de terre plantées pour le groupe dans le monde (plus de 140 000 ha au total) seront cultivées selon des pratiques d’agriculture de régénération d’ici à 2030. Et il projette de sensibiliser 100 % de ses agriculteurs partenaires à ces pratiques visant notamment à séquestration des émissions de CO2 dans les sols.

« Développer des partenariats de recherche et susciter une action collective pour faire progresser l’agriculture de régénération est au cœur du dispositif mis en place », détaille l’industriel dans un communiqué publié le 9 juin 2021.

Huit fermes pilotes en France

La France est le pays pilote en Europe avec huit fermes spécifiques mises en place d’ici à la fin de 2021. Quatre ont d’ores et déjà été mises en place dans les Hauts-de-France, les autres le seront bientôt, dans les Hauts-de-France et en Champagne.

L’objectif de ces fermes pilotes est de former et de sensibiliser les agriculteurs sur ces pratiques qui « améliorent et restaurent les sols afin de les rendre résilients, préservent la biodiversité et réduisent les émissions de gaz à effet de serre tout en maintenant une production régulière ».

« La localisation de l’azote dans les rangs de pommes de terre sera testée à partir de l’année prochaine », ajoute Maxence Turbant, directeur des approvisionnements chez McCain pour la France et la Belgique. Il précise que cette pratique permet de « baisser de 20 % les quantités d’azote, ce qui se traduit par 10 % en matière d’émissions de gaz à effet de serre car 50 % du bilan carbone de la pomme de terre industrielle est lié à l’utilisation d’azote minéral. Quand on sait que le groupe McCain entend réduire de 25 % ses émissions de gaz à effet de serre à l’horizon de 2030, la pratique de localisation de l’azote est importante. »

160 producteurs français formés d’ici à 2023

Associé à la fondation Earthworm autour du programme Sols Vivants, McCain s’engage à former 160 exploitants en France d’ici à la fin de 2022 (sur les 800 producteurs partenaires) et à recruter, parmi eux, ceux qui souhaitent se lancer dans l’agriculture de régénération. « On s’adresse avant tout aux agriculteurs conventionnels et en agriculture de conservation », signale Maxence Turbant.

Les fermes pilotes ont aussi pour vocation d’accueillir, trois fois par an, vingt agriculteurs pour des démonstrations pratiques, par exemple sur la réduction du travail du sol, le buttage à l’automne, le choix des couverts végétaux…

> À lire aussi : Cultures : prébuttage et couverts en pommes de terre (29/04/2021)

« Nous sommes au démarrage du projet, la première étape c’est d’engager 100 % des producteurs par de la formation à l’horizon de 2030, explique Maxence Turbant. Après, l’objectif est d’aller plus loin, avec pas que des objectifs de moyens mais aussi de résultats. Cet accompagnement, nous l’avons démarré dès cette année dans nos cahiers des charges. Ce n’est pas une obligation mais nous essayons d’inciter les producteurs à s’orienter vers ces pratiques. »

McCain a ainsi accordé une prime de 3 €/t, dès 2021 pour les producteurs qui s’engagent à mettre en place la base du volontariat, des couverts multi-espèces et des jachères fleuries, et à utiliser l’outil d’aide à la décision Mileos.

> À lire aussi : Production pour McCain : une deuxième campagne de pommes de terre perturbée par le Covid (03/02/2021)

Isabelle Escoffier