Selon les estimations du ministère de l’Agriculture publiées le 14 septembre 2020, au 1er septembre, la production française de pommes est estimée en nette baisse par rapport à 2019 et à la moyenne des récoltes de 2015 à 2019 (–11 %). Il s’agirait de la production la plus faible depuis 7 ans.

L’alternance est marquée, essentiellement en golden, dont la production chuterait de 21 % sur un an. Les premières récoltes démarrent en avance d’une à deux semaines par rapport à 2019.

La situation région par région

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, la récolte commence par deux semaines d’avance. La production est estimée quasi stable sur un an et inférieure au niveau moyen pour la troisième année consécutive. Le gel printanier n’a pas fortement affecté les productions. L’alternance en golden est cependant marquée, notamment dans les Alpes où la production chuterait de 20 % par rapport à une année standard.

Dans la vallée de la Garonne, la production baisserait par rapport à la récolte élevée de 2019. La sécheresse et la canicule entament la production. Auparavant, l’alternance et le déficit de nouaison ont été marqués.

Dans le Languedoc et le Roussillon, malgré une floraison réduite, la production est prévue en hausse de 4 % sur un an, notamment en pink lady et granny.

Dans les Pays de la Loire, la récolte démarre avec 10 jours d’avance. La production est prévue en baisse, conséquence de la diminution conjuguée des surfaces et des rendements.

En Aquitaine et dans le Limousin, les récoltes commencent avec une semaine d’avance. Après avoir été élevée en 2019, la production en 2020 est prévue comme l’une des plus faibles des dix dernières années.

Dans la vallée du Rhône, là aussi, la récolte se termine en gala, avec 10 jours d’avance. La production est prévue inférieure à la récolte abondante de 2019. L’alternance ainsi qu’une floraison déficiente ont touché la golden et la canada grise.

Dans le Centre-Val de Loire, l’avance est de 10 jours. L’alternance est marquée en golden.

R.H.